Mots-clefs

, , ,

 

Dans  » Un Eichmann de papier » (1980),  repris dans « Les assassins de la mémoire » (1987), Pierre Vidal-Naquet se demandait, en conclusion du plus formidable démontage du négationnisme qui soit encore à ce jour, comment «vivre avec Faurisson». L’imposture négationniste survivait  alors dans des cercles minuscules. Une poignée d’ultra-gauchistes délirants, une autre de nazis recuits, communiant dans l’obsession antisémite. En 1996, il soulignait combien Garaudy et l’abbé Pierre,  « nouveaux relais » de cette imposture, venaient d’offrir à la petite secte négationniste un «effet de masse» inespéré pour elle.

Depuis lors, ceux qui voudraient faire croire qu’on n’a « gazé que des poux à Auschwitz  » ont  trouvé une interface  mille fois plus étendue en la personne de Dieudonné.

L’historien, mort en 2006, aurait-il pu imaginer qu’un jour viendrait si vite, où, dans un théâtre parisien, le Zenith, plusieurs milliers de spectateurs, jeunes pour la plupart, accueilleraient par  « un tonnerre d’applaudissements » l’entrée en scène, au coté de Dieudonné, de Faurisson. Que ce jour de 2008, le faussaire y recevrait un « prix de l’insolence » (sic) des mains d’un individu déguisé en déporté, devant un échantillon hilare de toute la galaxie Dieudonné, mêlant extrême-droite, famille Le Pen comprise, islamistes, conspirationnistes, plus quelques stars de la télé ?
Interrogé après ce coup sur la signification d’une telle mise en scène, le maître de cette cérémonie  répondit ceci, en militant négationniste bien rodé: « Je ne suis pas d’accord avec toutes ses thèses ». Avant d’ajouter, loi Gayssot (1) oblige : « Il nie par exemple la traite des esclaves organisée depuis l’île de Gorée, au large de Dakar ». C’est clair comme du Dieudonné.

On connaît la logique qui préside au délire négationniste dans toutes ses variantes. : c’est la « preuve non-ontologique ». « Les chambres à gaz n’existent pas parce qu’elles ne peuvent exister, elles ne peuvent pas exister parce qu’elles ne doivent pas exister, ou encore : elles n’existent pas parce qu’elles n’existent pas »(PVN). Pour l’ultra-gauche (la Vieille Taupe) des années 50 et 60, c’est parce que le capitalisme et le stalinisme doivent être pires que le nazisme. Pour l’extrême-droite, l’extermination des juifs et tsiganes par le nazisme et ses complices délégitime pour longtemps son existence même. Pour certains Arabes et pour beaucoup d’islamistes, radicaux ou non,c’est parce qu’Israël, soutenu par les États-Unis, légitime son existence par la shoah. Vidal-Naquet a du reste pointé le rôle de l’instrumentalisation, côté israélien, du génocide dans la constitution du terreau du négationnisme. Il a dénoncé « ce qu’il faut bien appeler l’instrumentalisation quotidienne du grand massacre par la classe politique israélienne. Du coup, le génocide des Juifs cesse d’être une réalité historique vécue de façon existentielle, pour devenir un instrument banal de légitimation politique, invoqué aussi bien pour obtenir telle ou telle adhésion politique à l’intérieur du pays que pour faire pression sur la Diaspora et faire en sorte qu’elle suive inconditionnellement les inflexions de la politique israélienne. Paradoxe d’une utilisation qui fait du génocide à la fois un moment sacré de l’histoire, un argument très profane, voire une occasion de tourisme et de commerce. Est-il besoin d’ajouter que, parmi les effets pervers de cette instrumentalisation du génocide, il y a la confusion constante et savamment entretenue entre la haine des nazis et celle des Arabes ? »

Toujours est-il que tous ces « assassins de la mémoire » peuvent aller, toutes obédiences confondues, ricaner avec Dieudonné, dont la religion particulière est que la shoah aurait le tort de ne pas placer les victimes noires de l’esclavage au premier rang des martyrs de l’humanité.

Pathétique destin que celui de Faurisson ! Il ne parvint jamais à être pris au sérieux par les historiens,  rêva des décennies durant de respectabilité scientifique. C’est le Zénith de Dieudonné et sa pitoyable mise en scène qui fut sa Sorbonne.  On s’en réjouirait, si cette «déchéance» ne s’accompagnait  d’une visibilité immensément démultipliée par le vecteur Dieudonné.

C’est par les égouts du net que ces Eichmann numériques travaillent l’opinion. Et à grande échelle. Des pages «Idées » du journal Le Monde, le négationnisme est passé en tête de gondole Google. Si Garaudy tirait à quelques milliers d’exemplaires, Youtube tire à des millions. Et ignore la loi Gayssot. Les likes n’ont pas d’odeurs. Une des innombrables vidéos postées par Dieudonné,  prise au hasard,  compte ainsi plus de 600 000 vues cinq jours seulement après sa mise en ligne. Le contenu de ces vidéos ? Dans celle-ci, prise au hasard, il est question d’un nième procès visant le bouffon d’extrême-droite, durant lequel celui-ci dit avoir produit un témoin. Ce témoin est supposé, au vu de son patronyme, être juif. En gros plan, « Dieudo » nous fixe, son éternel ricanement aux lèvres. Ce témoin, nous dit-il, « a sorti de sa poche une savonnette : tout ce qui restait de sa grand-mère déportée à Auschwitz (…) et s’est retenu de jeter sa grand-mère sur l’avocate des parties civiles ».
Epargnons-nous l’inventaire de ces obscénités. Dieudonné utilise les techniques antisémites les plus éculées, allusives ou non,  de préférence dans un registre vulgaire. Il a popularisé la «blague» raciste, l’a sortie de la bouche des néo-nazis pour la mettre à la portée de tous. Jean-Marie Le Pen, son « Durafour crématoire », son « point de détail », ses listes de puissants aux patronymes « israélites » livrées à la vindicte des meetings, c’était petit bras. « Je Suis Partout » s’est mis à l’heure de la mondialisation.

Oui mais, se défend-il mollement, c’est pour faire rire.
Et il fait rire. Ceux qui ont sondé son public constatent que tous ses fans disent assister à ses spectacles parce « qu’il est le seul à (les) faire rire vraiment ». Parce qu’il brise les « tabous ». Aux questions suivantes, beaucoup évoquent « un lobby » dont leur amuseur préféré serait victime. Un lobby « juif « , complètent les plus audacieux.
Son implication dans le Front National ? Ses liens avec les régimes iranien et syrien, probablement rétribués ? Avec l’islamisme radical ? Avec les conspirationnistes les plus grotesques  ? Avec l’immonde Soral (2) ? Ils s’en foutent, pour la plupart, disent-ils. Cela leur convient de frissonner en écoutant Dieudonné se vautrer dans sa porcherie. Ils rigolent bien. Et ils apprennent, tout en rigolant, à « briser le tabou » du racisme, à défier « le lobby juif ». Ceux qui ne s’en foutent pas assument le tout.

A de trop nombreux jeunes issus de l’immigration post-coloniale (et pas seulement), l’imposteur a réussi à faire gober que leur ennemi, c’est le juif, conspirant mondialement à la tête du « système américano-sioniste ».  Le responsable du chômage ethnique, de la misère des ghettos, de l’humiliation quotidienne, celui qui les bâillonne,dessin néga, c’est lui. Le Protocole des sages de Sion, version low cost intellectuel, et en plus on rigole. Et c’est encore lui,  le juif, qui inventa selon Dieudonné, si ce n’est l’esclavage lui-même puis la colonisation, du moins  la traite négrière transatlantique.

On disait «juif» en 30 et 40, il dit de préférence «sioniste», annexant sans vergogne la solidarité avec les Palestiniens, desquels il se moque comme s’en moquent ses amis Bachar El Assad et Ahmadinejad. Mais on se comprend.

Que le négationnisme ait pu prospérer chez les néo-nazis et néo-fascistes, comme chez les islamistes radicaux, n’est guère surprenant. A ce jour de 2013, la requête « Faurisson/Dieudonné » sur les moteurs de recherche trouve davantage d’apologies du négationnisme que de d’explications alertant sur cette imposture. Un pourcentage non-négligeable des lycéens et étudiants rigole à l’heure qu’il est devant les écrans  de la «blague» de la savonnette. Cela devrait nous inquiéter.

Camp-Volant

02/11/2013

voir aussi appendice : DIEUDONNE, FAUX MARTYR ET MAITRE IMPOSTEUR

notes

1 La loi Gayssot (1990) : « Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale. » Rappelons que la majorité des historiens, dont P. Vidal-Naquet, s’opposa à cette loi  aboutissant à conférer aux faussaires un statut de martyrs de la liberté d’expression.

2 Sur Soral voir : Alain Soral, petit idéologue et grand épicier, Art 11,

http://www.article11.info/?Alain-Soral-petit-ideologue-et#pagination_page

et : http://lahorde.samizdat.net/2013/07/09/alain-soral-un-poseur-un-imposteur/

citations de P. Vidal-Naquet:

On trouvera sur ce site http://www.pierre-vidal-naquet.net/ l’intégralité des textes publiés par PVN sur le négationnisme dans « Les assassins de la mémoire » dont sont extraites toutes ses citations dans ce post.

bibliographie :

sur le négationnisme :

je recommande le site Pratiques de l’Histoire et Dévoiements Négationnistes (PHDN), remarquable : http://www.phdn.org/

P. Vidal-Naquet, « Les assassins de la mémoire ». La Découverte, 1987 ; Le Seuil, coll. « Points Essais », 1995 ; La Découverte, Paris, 2005.

sur la « carrière » de Faurisson, par exemple le bon article de Wikipedia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Faurisson

sur les méthodes de faussaire de Faurisson appliquées au Journal d’Anne Frank , un démontage par D. Daeninckx :

http://www.phdn.org/negation/faurisson/daeninckx-frank-faurisson.html

sur l’ultra gauche et le révionnisme, un long  article de François-Georges Lavacquerie:http://www.non-fides.fr/?L-ultra-gauche-dans-la-tourmente

sur Dieudonné :

Michel Briganti, André Déchot, Jean-Paul Gautier, « La galaxie Dieudonné. Pour en finir avec les impostures », Syllepse, 2011

sur Dieudonné, ennemi de la cause palestinienne :

http://visceraoul.wordpress.com/2013/11/21/dieudonne-et-la-cause-palestinienne/

Le 12/03/2014 Sur l’aveuglement de certains libertaires et la lucidité d’autres libertaires dans « l’ affaire Dieudonné » déclenchée par Valls :

http://florealanar.wordpress.com/2014/03/08/quand-michel-rime-avec-quenelle/

Publicités